Comment faire face à la crise en tant que philosophes-entrepreneurs ? Compte-rendu de la visioconférence de Faire Philo du 3 avril 2020

En tant que philosophes et entrepreneurs, nous sommes actuellement secoués par les mêmes problématiques, en cette période de crise à la fois sanitaire, sociale, politique et économique. Le confinement, loin de nous couper les uns des autres, est une occasion de nous rapprocher et d’échanger sur ce que nous traversons.

L’association Faire Philo a organisé une première visio-conférence vendredi 3 avril, consacrée à la situation toute particulière des philosophes-entrepreneurs.

Comment poursuivre notre activité à distance ? Comment conserver un lien avec nos clients, nos prospects, nos collègues ? Dans quelle mesure les outils numériques peuvent venir à notre secours et quelles sont leurs limites ? Sont-ils applicables à la pratique de la philosophie ? Quelles conséquences pour la poursuite de notre activité dans les mois qui viennent ? Tirons de cet échange des conseils pratiques pour faire face en tant qu’entrepreneurs à cette situation complexe.

Vous avez raté cette première session ? Une seconde, consacrée au questionnement du rôle de la philosophie face à la crise, aura lieu le vendredi 10 avril à 17h30. Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir le lien directement dans votre boîte mail quelques heures avant la discussion !

Pour partager autour de ce contexte si spécifique, s’apporter des conseils pratiques et tenter de se projeter dans l’avenir, étaient réunis :

  • Marianne Mercier : consultante en entreprise indépendante, co-présidente de La Pause Philo et co-présidente de Faire Philo
  • Tristan Bitsch : consultant en entreprise indépendant et entrepreneur, en cours de mise en place d’une Maison de la philosophie pratique en région lyonnaise
  • Jean-Gabriel Badin : coach intervenant en entreprise, accompagnant les dirigeants dans l’augmentation de la performance de leurs entreprises
  • Anne-Adeline Fourtet : fondatrice de Maïeuthika, structure spécialisée dans la consultation philosophique pour les associations, les individus et les entreprises
  • Agathe Vidal : consultante en philosophie, réalisant des programmes pour des événements, formations, et le développement d’outils pédagogiques, chaque fois sur-mesure
  • Jean Mathy : co-président de Faire Philo et fondateur de Noetic Bees, agence d’accompagnement au changement par la philosophie
  • Jérémie Supiot : consultant en philosophie, formateur au sein du réseau FEVE, en thèse sur l’éthique de l’ingénieur
  • Julie Duperray : consultante en cabinet de conseil, et animatrice d’ateliers philosophiques en entreprise

Pour beaucoup d’entre nous, le confinement marque nécessairement un ralentissement de nos activités.

Les missions en cours sont mises en pause, en raison de la difficulté, voire l’impossibilité, de réaliser en ligne certaines méthodes d’intervention : les ateliers devront être repoussés à la fin du confinement, mais aussi les échanges individuels qui n’ont pas la même qualité par téléphone ou visioconférence…

Les outils de visioconférence permettent tout de même dans une certaine mesure de poursuivre les activités de formation et d’organiser des webinaires. Bien que cela reste limité en raison des difficultés pour interagir, il reste possible d’au moins faire des présentations en attendant de pouvoir reprendre pleinement l’activité à la fin du confinement. Testée et approuvée, la plateforme gratuite Gobrunch !

Le confinement apparait comme une opportunité pour ralentir : beaucoup d’entre nous se consacrent à des projets connexes associatifs, peuvent prendre le temps de réfléchir au développement de futurs formats et méthodes d’interventions, se mettre à l’écriture et commencer un blog dédié à leurs activités et à la philosophie pratique.

Le confinement remet au centre le partage et les échanges : dans ce flux d’informations permanent, beaucoup de personnes sont en attente de la prise de recul qu’offre la philosophie sur ce que nous vivons. Comment parvenir néanmoins à se démarquer à l’heure des réseaux sociaux, où tout le monde donne déjà son avis sur tout ? Quel est l’apport spécifique de la parole des philosophes ?

Le rôle de la philosophie n’est pas de rebondir à chaud sur l’actualité (rappelons-nous Hegel, « Ce n’est qu’au crépuscule que la chouette de Minerve prend son envol »), il convient de rester mesurés dans nos analyses de la crise, à l’heure où nous manquons encore nous-mêmes de visibilité et de recul sur ses conséquences.

Côté prospects, le recours à des consultants philosophes n’apparait plus prioritaire dans un contexte où la survie à court terme de leur organisation concentre naturellement tous leurs efforts. Pourtant, il nous apparait à tous que la philosophie est nécessaire pour penser son activité face à la crise, que sa pratique est essentielle pour accompagner les transitions. Comment dans ce contexte rappeler ce qui est essentiel ?

N’oublions pas la gravité de cette crise, la peur qu’elle engendre : la vie ne pourra pas reprendre d’un coup à la fin du confinement. Mais est-ce bien le rôle des philosophes que d’être à l’écoute des traumatismes et émotions générées par cette situation ? Que pouvons-nous faire en tant qu’intervenants philosophes ?

Il apparait qu’il est peut-être trop tôt pour les philosophes de proposer des accompagnements face à la peur engendrée par l’arrivée du virus, qui pourrait d’abord être gérée sous un angle psychologique. Dans l’immédiat, la situation étant extraordinaire, les états qui y sont associés le sont également.

Ce qui compte donc pour nous en tant qu’entrepreneurs, c’est d’investir aujourd’hui dans ce qui va produire la demande de demain. En montrant notre présence durant la crise via la production de contenu en libre accès, pouvant épauler les organisations, nous pouvons créer un lien de confiance.

En attendant, nous pouvons nous préparer afin d’avoir de vraies réponses à la sortie de la crise : projetons-nous dans le futur et utilisons notre posture critique, pour outiller chacun aux nouvelles conditions de travail de demain.  

Alors, face à ces enjeux, quel sera le rôle de la philosophie au XXIe siècle ? Quelle méthodologie, quelle posture tenir ? Rendez-vous le 10 avril lors de notre prochain échange pour approfondir ces questions fondamentales pour l’avenir nos professions. Recevez l’invitation directement dans votre boîte mail en vous inscrivant à notre newsletter !

2 réflexions sur “Comment faire face à la crise en tant que philosophes-entrepreneurs ? Compte-rendu de la visioconférence de Faire Philo du 3 avril 2020”

  1. Ping : Quel rôle peut jouer la philosophie face à la crise ? Compte-rendu de la visio-conférence de Faire Philo du 10 avril 2020 - Faire Philo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *