Comment la philosophie peut habiter un territoire ? Compte-rendu de la visio-conférence Faire Philo du 30 avril 2020 !

Après nous être interrogés sur les rôles que peuvent jouer la philosophie et les philosophes-entrepreneurs face à la crise sanitaire que nous traversons (en savoir plus), nous avons souhaité proposer un partage d’expériences autour d’une initiative émergente dans le champ des pratiques philosophiques en région lyonnaise : une Maison de la philosophie pratique, qui souhaite également répondre à sa manière aux grandes crises que nous traversons, qu’elles soient existentielles, socio-culturelles ou écologiques. Si nous avons donc pu précédemment établir que la philosophie a bien un rôle à jouer face à la crise, comment peut-elle dès lors investir et habiter effectivement un territoire pour mener à bien sa mission ?

Pour répondre à cette question, des professionnels de divers horizons ont participé à cet échange :

– Marianne Mercier, Co-présidente de Faire Philo et de La Pause Philo, consultante indépendante en organisations (Paris)
– Anne-Adeline Fourtet, Trésorière de Faire Philo, consultante en organisation et auprès d’individus chez Maïeuthika (Dombes), porteuse du projet Lookforfrench.com
– Tristan Bitsch, Co-fondateur de la Maison de la philosophie pratique, consultant en organisations chez Smart Transition (Lyon)
– Elsa Laniesse, Etudiante en master de philosophie à l’Université Catholique de Lyon
– Jérémie Supiot, Doctorant en philosophie, Membre du Réseau FEVE (Lyon)
– Maxime Caron, Diplômé en management et étudiant en philosophie (Paris)
– Anne-Laure Boursier, Ingénieure et philosophe en éthique de l’ingénieur (Lille)
– Emmanuelle Jouffe, Fondatrice d’une agence d’événementiel pour les entreprises (Lyon)
– Joanna Berthelon, Designer en design d’expérience, passionnée de philosophie pratique (Lyon)
– Philippe Macquet, Co-fondateur des Archipels en symbiose pour la transformation sociétale (Lyon)
– Faroudja Hocini, Psychanalyste, Membre des Artisans de la philo (Paris), Etudiante en philosophie
– Kyriakos Chouras, Etudiant en master de philosophie à l’Université Catholique de Lyon
– Pascal Pérez, Membre de l’écosystème SOFFFA (Lyon), intéressé par la philosophie pratique
– Alicia Gauduel, Animatrice d’ateliers philosophiques avec les enfants (Lyon), formatrice SEVE
– Bruno Dallaporta, Médecin et philosophe, membre des Artisans de la philo (Paris)
– Marco Gheno, Consultant-philosophe en organisations chez Noetic Bees (Lyon)

La région parisienne compte déjà une Maison de la philosophie à Romainville, en Seine-Saint-Denis. Cette institution dirigée par la philosophe Johanna Hawken propose un panel d’offres diversifiées pour rendre la réflexion philosophique accessible au grand public, et tout particulièrement aux enfants. Elle a émergé en 2015 en réponse aux besoins de la ville – labellisée Ville Philosophe en 2013 – et suite à des expérimentations de philosophie avec les enfants.

La Maison de la philosophie pratique se déploie quant à elle à Lyon, et se conçoit comme un tiers-lieu situé au croisement de deux dynamiques d’« archipélisation » d’îlots : celle de l’association Faire Philo, qui fédère les acteurs francophones de la philosophie pratique ; et celle de l’écosystème SOFFFA, un slowcafé lyonnais qui fédère les acteurs de divers domaines engagés pour la transition écologique et humaine, et propose un lieu événementiel au cœur de Lyon.

Si la Maison de la philosophie pratique souhaite également proposer divers événements philosophiques au grand public, son champ d’action se consacre à la facilitation de transitions de conscience et d’action face aux grandes crises de notre temps (existentielle, socio-culturelle, écologique). Elle a ainsi pour objectif spécifique d’outiller toute personne en demande à la prise de recul, à une démarche de réflexion de fond pour mieux se comprendre, soi, les autres et le monde, ainsi qu’à l’émergence de repères d’actions éclairants et motivants pour des chemins de vie individuels et collectifs évoluant dans des contextes d’instabilités et d’incertitude.

Elle souhaite par ailleurs se poser comme un espace physique de fédération territoriale des professionnels de la philosophie pratique,  en ouverture à d’autres postures philosophiques (enseignement en lycée, recherche universitaire, écoles privées, associations, etc.), ainsi qu’à d’autres domaines proposant de répondre aux grandes problématiques.

Pourquoi parler de « maison » de la philosophie pratique ? La « maison » renvoie étymologiquement au grec ancien oïkos, le foyer, l’habitation, qui a donné « éco » dans notre langue, et qu’on retrouve dans « écologie » et « économie ». Dans ce contexte, le concept de maison invite la philosophie pratique à habiter autrement son territoire, en incarnant dans ses valeurs plusieurs sens donnés au foyer : le foyer familial où l’on se réunit et vit en communauté ; le foyer igné, celui du feu de cheminée où l’on se réchauffe et rêve ensemble ; le foyer socio-économique, qui nous invite à créer des règles de vie commune justes et harmonieuses ; et le foyer Terre, écologique, qui nous appelle à prendre soin de notre maison-vie.

Ainsi, loin de la figure traditionnelle du philosophe-ermite qui se tient solitaire dans sa bibliothèque, la Maison invite le philosophe à investir, interagir et ancrer ses compétences dans son territoire, et dans des lieux fréquentés par des citoyens en désir de transition. La sagesse s’expérimente et se recherche au cœur de la vie sociale. Régis Debray souligne quant à lui dans Le siècle vert que nous sommes des êtres raisonnables autant que « maisonnables ». Nous avons en effet tous besoin d’un lieu d’enracinement, dans lequel nous pouvons construire nos repères, nos identités singulières et communes, puis nous épanouir et agir en confiance.

C’est dans cet esprit que la Maison de la philosophie pratique veut être un espace d’ancrage de la philosophie et des philosophes dans une société en besoin de prise de recul et de sens, autant que d’ouverture à une pratique de la philosophie accessible à tous. Un espace à investir humainement et matériellement, à travers divers types d’événements ponctuels ou à moyen-long termes, à inventer ensemble : ateliers participatifs, déjeuners et cafés philosophiques, conférences et tables-rondes interdisciplinaires, accompagnements individuels, grands débats, expérimentation d’espaces, mobiliers expérimentaux, expériences corporelles, en intérieur et à l’extérieur, en lien avec la nature (sauvage, rurale, urbaine ou intérieure), etc. Ces formats participatifs permettront de s’outiller individuellement et collectivement à un mode de réflexion interrogatif, critique, argumenté, inspiré des rêves, des aspirations et des motivations de chacun, et orienté vers un agir éclairé.

Certains événements s’y préparent déjà pour l’horizon de la rentrée 2020 : un cycle d’ateliers qui croise art et philosophie, pour faire de sa propre vie une œuvre d’art ; un autre cycle d’ateliers interdisciplinaires qui permet de se relier autrement à soi, à ses émotions, aux autres et au monde.

D’ici-là, la formalisation de l’identité du lieu (raison d’être, valeurs, missions, statut juridique – associatif ? –) et de son modèle économique suit toujours son cours !

Si vous aussi souhaitez « faire maison » avec nous, n’hésitez pas à rejoindre la dynamique en contactant Tristan par mail (tristan.bitsch@lilo.org) ou au 06 19 28 98 01, et à vous inscrire à notre toute nouvelle newsletter !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *